Silvestre

Nationalité: 
Française
Poète Biographie
Armand Silvestre 1837 1901

Armand Silvestre naît le 18 avril 1837 à Paris. Fils d'un magistrat parisien, il est d'abord destiné à la magistrature. Mais l'étude des mathématiques le conduit à l'École polytechnique, dont il sort, en 1859, officier du génie, après avoir publié quelques mémoires scientifiques. Il quitte rapidement la carrière militaire et se consacre à la littérature.

À partir de 1866, il publie des recueils de vers. Il figure également dans Le Parnasse contemporain (1869 et 1876). Comme critique d'art et de théâtre, Il collabore activement à des journaux tels que l'Opinion nationale, le Journal officielL'Estafette et la Grande Revue de Paris et de Saint-Petersbourg.

En 1869, il entre au ministère des finances. Il devient sous-chef au bureau de la bibliothèque et des archives.

Pendant la guerre de 1870-1871, il reprend du service et fait la campagne comme capitaine.

En 1879, il entre au Gil Blas et y publie des nouvelles et des contes humoristiques et gaulois. Son ami Guy de Maupassant lui dédie en 1883 la nouvelle La Toux. Cette verve humoristique trouve ensuite à s'exprimer chez l'éditeur Paul Ollendorff avec la série « La Vie pour rire », concept qu'il développe ensuite aux côtés de Catulle Mendès chez Dentu, en 1888, sous la forme d'une feuille hebdomadaire.

Dans les années 1880, il appartient également à la direction littéraire de L'Écho de Paris tout comme Octave Mirbeau. Il soutient le Ubu roi d'Alfred Jarry3.

Le 12 octobre 1892, il est nommé inspecteur des beaux-arts.

Pendant l'affaire Dreyfus, il devient membre de la Ligue de la patrie française, ligue anti-dreyfusarde modérée4,5. Il y côtoie les peintres Edgar Degas et Auguste Renoir, les poètes José-Maria de Heredia et Pierre Louÿs, le compositeur Vincent d'Indy, etc.

Il meurt le 19 février 1901 à Toulouse.

Pour en savoir plushttps://fr.wikipedia.org/wiki/Armand_Silvestre

Poésie Oeuvre Compositeur Cycle
Madrigal Madrigal Fauré